Le chocolat associé au zinc est bon pour la santé

Selon une nouvelle étude, la consommation de chocolat et la consommation de café ou de thé peuvent prolonger la vie. Pour procurer un meilleur effet, on recommande de l’associer au zinc. En effet, ensemble, ils forment un puissant antioxydant qui ralentit le processus de vieillissement. Selon des chercheurs américains, cette association peut prolonger la vie en protégeant contre le stress oxydatif, une forme de gaz qui contribue au vieillissement et à des maladies telles que l’inflammation, le cancer et les maladies dégénératives.

Zinc et chocolat : c’est mieux ensemble

Les chercheurs ont fait une expérience en laboratoire où ils ont combiné des polyphénols dans le chocolat avec du zinc pour étudier cet effet. Les polyphénols présents dans le chocolat, le café et le thé sont depuis longtemps considérés comme bons pour la santé, mais seuls, ils n’ont pas d’effet majeur. Ils sont tout d’abord associés au zinc, car ils forment une puissante enzyme capable de protéger l’organisme du stress oxydatif.
Rappels de la super enzyme propre à l’organisme
L’enzyme rappelle l’enzyme appelée SOD (enzyme superoxyde dismutase) qui a également un effet puissant sur les gaz. C’est la première fois que des scientifiques parviennent à imiter l’effet de cette enzyme corporelle.

Le zinc est le meilleur des minéraux

Auparavant, on a essayé d’utiliser du fer et du cuivre, d’autres minéraux aux propriétés antioxydantes, mais contrairement au zinc, ils peuvent également induire un stress oxydatif. Le zinc est moins toxique et devrait donc, selon les chercheurs, être ajouté à certains aliments, tout comme la vitamine D, afin de protéger la santé humaine. Et ils n’excluent pas qu’à l’avenir, vous pourrez acheter un gâteau au chocolat additionné de zinc.
Il a déjà été démontré que le chocolat a un effet positif sur la vision, améliore la mémoire, réduit le stress et rend plus heureux en général.

Comment peuvent les végétaliens maintenir un bon état nutritionnel
Questions et réponses sur l’intolérance au lactose